La “ruralité” est en perpétuelle évolution, les perceptions qui l’entourent ont évolué depuis plusieurs dizaines d’années. S’accorder sur une définition est délicat mais il en existe une qui prévaut selon laquelle la ruralité désignerait l’ensemble des représentations identitaires des espaces ruraux.

Le rural est trop souvent opposé à l’urbain, mais en réalité ces deux types de territoires sont complémentaires et les projets doivent se penser dans leurs espaces communs.

A ce titre, le rural est souvent perçu négativement, il est commun d’entendre “ce qui n’est pas urbain est rural…”. Dès lors, quelles initiatives démocratiques existent dans le rural, et quelles difficultés rencontrent t-elles ?

Des projets de démocratie rurale

De nombreux projets fleurissent en milieu rural, principalement sous l’impulsion citoyenne. Certains d’entre eux sont plus visibles et parviennent à communiquer sur leurs actions. Voici trois projets régionaux sur les départements de l’Indre et de l’ Indre et Loire qui agissent pour la préservation de l’environnement et la transition écologique.

Dans l’Indre, à Saint Georges sur Arnon le collectif Virage énergie Berry s’est formé pour parvenir à un objectif 100% énergie renouvelable d’ici 2050. Il est constitué de spécialistes et citoyens soucieux de leur planète et de l’avenir de leur territoire. Le village comprend 15 éoliennes permettant aux habitants de produire une énergie plus propre. L’argent économisé à travers ce mode de production est reversé à la collectivité et aux citoyens.

Lerné, en Indre et Loire. Ce petit village de 16 kms est à l’origine d’un projet innovant : le Foyer Associatif Rural de Lerné qui s’est inauguré en 2017 et qui comprend une recyclerie, un magasin général, un garage à roulette, une bibliothèque et des ateliers entre autre.

Le collectif chinonais environnement basé à Chinon dans le département d’Indre et Loire s’est constitué autour d’une réflexion globale sur les problématiques environnementales régionales.

Autant de projet portés plus ou moins institutionnellement mais toujours soutenus par des citoyens. Ces projets sont facilités par les Pays, qui sont des catégories administratives.

Mais des obstacles freinent l’impulsion citoyenne

Pour autant, les milieux ruraux revêtent des difficultés à impulser des projets. Les villes rurales ont quelquefois plus de difficultés à communiquer sur des projets et des initiatives citoyennes. En effet, les lieux d’affichage et d’informations sont parfois inexistants ou mal indiqués. Ce qui amène certains porteurs de projets à abandonner leur idée.

Une autre difficulté tient au caractère de certaines villes rurales vécues par certains habitants comme des “cité dortoirs”. Citoyens et élus l’ayant bien compris, voient dans les projets et collectifs émergents une certaine forme de “menace” politique. Par ailleurs, les habitants travaillant dans les grandes villes annexées, n’ont quelquefois pas l’envie et l’énergie d’impulser des projets. Le paradoxe étant que les collectivités ont des budgets alloués à l’accompagnement de ces porteurs de projets.

Quoi qu’il en soit, c’est comme en ville, une volonté politique et citoyenne sont des ingrédients d’un projet possible en milieu rural, mais nous avons eu des difficultés à les contacter. Les initiatives rurales existent bien, mais elles n’en restent pas moins difficiles à détecter.

Pour en savoir plus :

Rieutort Laurent, Du rural aux nouvelles ruralité

La Nouvelle République, Pour une énergie 100% renouvelable à Saint-Georges-sur-Arnon

Projet du foyer associatif dans le village de Lerné

Site du collectif Chinonais environnement